miniature O Sensei

O Senseï : introduction à une philosophie ancestrale loin d’être obsolète

Couverture O Sensei bande-dessinée Edouard Cour

O Senseï est une bande-dessinée d’Edouard Cour (auteur de la trilogie Herakles) et éditée aux éditions Akileos en juin 2016. Cette œuvre est en partie une biographie du grand UESHIBA Morihei, notamment connu en occident pour être le fondateur de l’aïkido. La bande-dessinée retrace d’ailleurs cette tranche particulière de sa vie, combinant tous les événements qui l’ont amené à créer cet art-martial à la philosophie unique.

Croire qu’Edouard Cour ne voudrait s’adresser qu’aux amateurs et pratiquants d’arts martiaux au travers de sa bande-dessinée est une lourde faute. Bon, je dramatise peut-être un peu… mais juste un peu alors. Car le sujet de la fondation de l’aïkido est très vaste et ne se cantonne certainement pas à l’apprentissage de l’art martial. La façon dont Edouard Cour aborde le sujet dans O Senseï est des plus intéressantes, étonnant mélange de philosophie et d’instants biographiques.

Découverte d’une philosophie

J’insiste sur le fait qu’il n’est pas nécessaire d’avoir de connaissances particulières quant aux arts martiaux pour lire et comprendre cette bande-dessinée. Lorsque certaines notions qui leur sont propres sont mentionnées, elles sont immédiatement expliquées.

O Senseï, c’est l’histoire d’UESHIBA Morihei, l’un des rares maître à avoir été reconnu comme un Grand Maître d’arts martiaux, O Senseï — l’un des seuls d’ailleurs. Pour mieux cerner le personnage et les raisons de la création de l’aïkido, Edouard Cour a concentré sa bande-dessiné autour de l’apprentissage des arts martiaux et de l’évolution de son propre dojo et de sa pratique. Exit les détails quant à ses aventures guerrières ou encore concernant sa vie de famille ; seul l’essentiel est conservé.

Si j’insiste sur ce point c’est parce qu’il participe grandement à la fluidité du déroulement du scénario. Plus qu’une simple biographie, on a ainsi l’impression de découvrir la quête initiatique d’un personnage. Aussi, les rencontres avec des grands maîtres, des alliés ou des ennemis ont été soigneusement choisies pour nous permettre de nous imprégner de ses valeurs fondamentales et de leurs évolutions.

Les dialogues sont peu nombreux et leur mise en scène est réellement poignante : elle fait étalage du rôle d’étudiant à vie d’UESHIBA Morihei. Cette impression s’explique par le fait qu’Edouard Cour a choisi de nous conter son histoire du point de vue de son héros. Il nous raconte que toute sa vie a été une longue leçon, que l’on nous transmet au moment-même où nous lisons la bande-dessinée.

C’est ainsi que nous partons à la découverte des bribes de la vie d’un homme qui, d’un art martial capable de tuer en un coup, arrivera à en créer un capable d’apporter l’harmonie.

Un appel à la méditation

Edouard Cour le mentionne dans sa postface, O Senseï est un appel à la méditation. Mais pas besoin d’avoir terminé le livre pour s’en rendre compte.

Tout d’abord, revenons sur les dialogues : leur petit nombre nous permet de passer plus de temps à contempler les superbes dessins en noir et blanc, de ressentir l’action et le sens de chacun des traits. Précis et captivants ils nous aident à reconstituer chaque mouvement dans notre esprit. Il m’est même arrivé de tenter de percevoir l’état d’âme que certains senseï pour mieux les comprendre, eux et leurs enseignements. Je repense notamment à cette scène lors de laquelle O Sensei est représenté face à l’univers, lorsqu’il comprend le sens profond de son art martial. Sans succès pour moi, évidemment. On n’a pas le même bagage, comme on dit ! Toutefois, les pistes de réflexions qui sont dégagées continuent de trotter dans ma tête, en quête d’évolution et de réponse.

Bref, c’était la parenthèse ressenti personnel !

Si cette œuvre n’est pas destinée uniquement aux pratiquants, force est de constater qu’elle peut leur apporter beaucoup. Déjà, sur la perception de chaque art martial, de ce qu’ils sont devenus aussi. Ensuite, de mieux comprendre le point de vue des créateurs des arts martiaux modernes, l’apprentissage des « do », des voies, et plus des « jutsu », des techniques (pour tuer). En abordant la création de l’aïkido, la voie de l’harmonie, Edouard Cour nous présente presque sur un plateau ce qui a fomenté la fondation de chacun d’entre eux. Sans doute parce qu’il est le plus représentatif de cette vision d’arts martiaux modernes.

En conclusion :

O Senseï saura transporter tout lecteur en quête d’un ouvrage singulier et ouvert à l’évasion. Incontournable pour les amateurs d’arts martiaux, il est une belle introduction à la philosophie d’UESHIBA Morihe, tranchant avec les clichés de violence que certains peuvent attribuer aux techniques issues du Budo (la voie du guerrier).

Edouard Cour nous donne clairement envie de nous pencher sur la vie de ce grand homme au travers d’autres ouvrages.

Mon petit conseil : n’hésitez pas à le glisser sous le sapin pour un cadeau réussi. 😉

Vous doutez de votre choix ? La preview est disponible sur bdgest : preview O Senseï, Edouard Cour

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s